novembre 25, 2020

Coronavirus : Gestion des absences des salariés

Article mis à jour le 26 mars à la suite de la publication au Journal officiel des ordonnances decongé .

La crise du coronavirus et les mesures de confinement ont un impact direct sur l’activité commerciale. Bien que certaines entreprises soient pratiquement fermées, d’autres connaissent un pic d’activité qui nécessite un examen de l’organisation de la planification à court terme.

A lire en complément : Comment gérer les obligations comptables, fiscales, et sociales d’une entreprise ?

Dans ce contexte, quelles règles devriez-vous adopter pour gérer les congés et la participation dans votre entreprise ? Voici trois questions qui se poseront (et seront posées) dans les jours et les semaines à venir.

Résumé de l’article

A voir aussi : Quelle organisation comptable choisir ?

  • annulations des employés devraient-elles être acceptées ?
  • Puis-je imposer un congé dans le contexte de l’endiguement de Covid-19 ?
  • Puis-je annuler le départ du personnel essentiel maintenant ? Que faire en prévision de la libération de l’enceinte de confinement ?
  • Comment puis-je faire si un employé n’a pas pu prendre un congé complet avant la fin de la période légale en raison de Covid-19 ?
  • Les

Les annulations des employés devraient-elles être acceptées ?

Fermetures de frontières, annulations de vols, mesures de confinement… Certains employés vous demanderont de reporter les jours fériés déjà validés pour les prochains jours ou semaines.

L’ employeur a toute la possibilité de refuser de telles demandes d’annulation ou de renvoi. Il reste, en fait, une décision sur la fixation des dates de vacances. Bien que cette mesure soit impopulaire du point de vue des employés, elle pourrait permettre à certaines entreprises de compenser le ralentissement de leurs activités.

Astuce : Considérez l’activité de vos employés et ajustez les mesures. Pour les employés qui ne sont pas touchés par la crise en termes de charge de travail, vous pouvez maintenir la gestion habituelle et laisser les changements quitter. En revanche, l’entreprise a intérêt à limiter l’annulation des congés pour les employés en déclin. A Lucques, nous avons mis en place une mesure provisoire permettant l’annulation de la moitié des vacances déjà prévues à l’avenir, pour tous les employés.

Puis-je imposer une autorisation dans le contexte du confinement de Covid-19 ?

Comme il est mentionné dans l’article, « L’employeur peut-il imposer des dates de congé ? », une entreprise a le droit d’imposer un congé à ses employés, à condition qu’elle les ait avertis au moins un mois à l’avance. À partir de dispositions spéciales, ils peuvent être définis dans des conventions collectives ou des conventions d’entreprise.

Dans le contexte de la crise du Coronavirus, à la suite de la loi sur la santé d’urgence, le gouvernement a promulgué, le 25 mars 2020, une ordonnance autorisant l’employeur à imposer certains congés avec une période de préavis réduite à 1 jour libre (c’est-à-dire 2 jours avant le début de l’absence) :

  • Congé avec rémunération : jusqu’à 6 jours ouvrables déjà accumulés, sous réserve de l’accord d’une succursale ou d’une société ;
  • RTT/jours de repos prévus dans les contrats forfaits/jours de repos alloués aux comptes d’économie de temps : jusqu’à 10 jours.

Quoi qu’il en soit, les congés ne peuvent être imposés au-delà du 31 décembre 2020.

Conseil  : Imposer des congés aux employés est une mesure forte qui risque d’être impopulaire. Si vous envisagez de le faire, vous devez bien communiquer avec les employés au sujet des raisons et des répercussions. D’autres options peuvent également être considéré comme répondant à la baisse de l’activité entrepreneuriale : chômage partiel, interruption de travail compensée pour les parents qui doivent garder leurs enfants…

Puis-je annuler tout de suite les congés essentiels du personnel ? Que faire en prévision de la libération de l’enceinte de confinement ?

Afin de réagir ou de prévoir un pic d’activité, un employeur peut également décider d’annuler ou de reporter le congé de l’employé. L’employé n’a pas la possibilité de refuser ce changement. Sans convention collective, l’article L. 3141-16 du Code du travail stipule que les dates de départ ne peuvent être modifiées moins d’un mois avant la date prévue du congé.

Vous pouvez anticiper la reprise après sinistre en annulant le congé de l’employé. Si vous n’êtes pas tenu d’indemniser les employés qui ont déjà réservé leurs vacances, le coût d’une telle pratique de climat social ne devrait pas être pris à la légère.

Conseil  : Il est recommandé d’offrir une rémunération aux employés qui peuvent supporter les coûts d’annulation ou de report de congé. Au minimum, vous pouvez systématiquement rejeter de nouvelles demandes pour l’été si vous pensez avoir besoin d’un plus grand nombre de personnes sur le pont.

Comment puis-je faire si un employé n’a pas pu prendre un congé complet avant la fin de la période légale en raison de Covid-19 ?

Certaines conventions collectives ou de succursales prévoyaient des dispositions spécifiques pour les travailleurs qui étaient en chômage partiel entre le 12 mars 2020 et le 31 décembre 2020 et qui ne pouvaient pas avoir tous leurs jours de congé avant la fin de la période légale.

Exceptionnellement, ces employés ont la possibilité de :

  • placer ces jours-ci sur un fonds de solidarité ;
  • monétiser congé non pris pour compenser une perte de salaire en conséquence de la mise en œuvre de l’activité partielle.

Ces dispositions ne s’appliquent qu’aux congés accumulés et non pris de la 5e semaine de congés annuels et aux jours de repos conventionnels (RTT, jours de repos) jusqu’à un maximum total de 5 jours.