décembre 2, 2020

Fraude d’entreprise

Réexaminer un livre n’est pas facile.

Le livre « Corruption, fraude sociale et fraude d’entreprise » d’Angelo Jannone, éditions Franco Angeli, traite du thème d’actualité et aborde en même temps avec rigueur méthodologique et approche scientifique.

A lire aussi : Espace de coworking : pourquoi choisir Meeting Point ?

Je vais clarifier immédiatement que je passe en revue le livre sur le blog WIN the BANK pour une raison simple : Angelo Jannone était l’un des professeurs estimés et reconnus de la dernière édition du Corso à Milan, portant un témoignage faisant autorité sur certains aspects peu connus de la notation bancaire d’une entreprise, qui est également influencé par la cote de légalité.

Lire également : Pourquoi apprendre ?

Un moment du rapport du colonel Angelo Jannone pour GAGNER la BANQUE

Pour savoir qui Angelo Jannone est juste une recherche rapide sur n’importe quel moteur de recherche. Ce n’est pas à moi de me souvenir de ses vertus, pas seulement de l’érudit et professionnel, mais aussi d’un homme qui a fait de la morale et de la protection de la loi une question de vie, apportant le même terme Italie, à travers de prestigieux prix internationaux, à combiner, dans le monde, avec le concept de la lutte contre la mafia et le crime organisé.

Pas mal, pour un pays qui s’élève au premier plan des chroniques internationales généralement à cause d’un faux exploit.

Ce livre n’est rien de plus qu’une continuation de son travail aujourd’hui sur une question d’actualité : la fraude, précisément.

Je conseille donc à mes lecteurs de lire cet ouvrage.

Je vais dire pourquoi tout de suite.

UNE COMPAGNIE PREDORY ?

Aujourd’hui, les gens utilisent les réseaux sociaux comme un outil de communication, ou plutôt, plus pour affirmer plus que pour écouter. Rarement, pour s’enquérir.

Dans ce livre, vous trouverez des informations scientifiques sur les concepts fondamentaux tels que la fraude et les actes répréhensibles. Bien qu’un jour ne passe pas que je ne lise pas sur notre page facebook des gens qui appellent à la potence ou au lynchage pour des infractions de corruption ou de fraude — emblématique du lynchage médiatique d’une catégorie entière avec les événements récents des quatre banques dont tous les journaux parlent — je trouve rarement des gens capables de parler avec compétence sur ce que sont ces phénomènes.

Par exemple, le livre explique comment la société occidentale a changé et comment elle est passée d’un crime de col blanc (une élite d’hommes d’affaires) à un crime.

Il suffirait de lire les pages du livre pour comprendre, par de nombreux commentateurs de phénomènes bancaires récents, que le terme de fraude utilisé par de larges catégories de personnes est logiquement inapproprié. Pour qu’il y ait fraude a besoin à la fois l’exigence de tromperie, soit le but de réaliser un profit illicite (et ces exigences ne sont pas logiquement attribuables à des catégories entières de personnes ou de professions).

Très intéressant, pour ceux qui veulent comprendre la logique de la négociation bancaire, est la partie dans laquelle la logique de Bâle est expliquée (c’est-à-dire le Comité qui dicte internationalement les règles du crédit bancaire), dont beaucoup parlent souvent sans le savoir.

Bâle III, entrée en vigueur en 2013 mais avec un régime transitoire jusqu’en 2019, est fortement liée à la question de la gestion des risques de faillite des banques. Tout entrepreneur ou professionnel ne peut se dénier de connaître la logique sous-jacente du système bancaire dans lequel, progressivement, nous allons opérer.

MAIS QUI FROD

Le cœur du livre est — à mon avis — dans la partie du texte traitant de la criminologie des entreprises. Tout le texte est imprégné de chose pour moi tout simplement sacrée : le respect des règles.

Jamais les mots n’ont été plus prophétiques.

Mais qu’est-ce qui explique les cas fréquents de fraude de notre époque ?

L’ auteur propose une thèse à mon avis qui est très originale et innovante, ainsi que claire. Trois ingrédients sont nécessaires : le besoin (le déclencheur), l’opportunité (le carburant) et la rationalisation (le carburant). Comme trois éléments séparés chimiquement peuvent ne pas être nocifs, mélangés ensemble, ils peuvent devenir une bombe potentielle.

C’ est avant tout la troisième question, celle de la rationalisation de l’infraction, qui introduit, à mon sens, quelque chose d’absolument original.

Dans un pays où tant d’employés de l’administration publique volent leur salaire parce qu’ils tamponnent et vont à la plage, sauf alors écrire sur facebook qu’ils sont indignés parce que les politiciens volent, cette étape de la livre est crucial.

Dans le livre Jannone explique efficacement les mécanismes psychologiques qui causent la personne à la délinquance, toujours trouver les justifications morales de l’affaire. Il n’est pas rare qu’ils soient des délinquants potentiels (ou réels) — peut-être seulement parce que les gens indûment payés par l’administration publique, pour la charité — ceux qui donnent des cours de morale sur facebook.

La vision du livre est scientifique et objective, sans jamais céder à la tentation facile d’un jugement moral, hors de place ou au-dessus du dessus.

Mais pouvez-vous l’éviter ?

J’ ai récemment écrit au sujet des obligations subordonnées et de l’absence de contrôle. Il est clair que l’analyse des risques est fondamentale dans chaque organisation humaine. Identifier, peser et surveiller les facteurs de risque est essentiel pour prévenir la fraude. Dans le texte sont très larges les parties dans lesquelles nous expliquons la techniques et les moyens corrects pour prévenir et réprimer les comportements frauduleux dans les organisations.

Mais l’une des parties qui a le plus attiré mon intérêt est l’appel, une fois de plus, à la justesse idéologique, à la connaissance et au respect de la loi.

Cette partie est très actuelle : je l’affirme à cause de ce que je vois, de mes propres yeux, chaque jour sur ce blog.

Nous prenons les jugements de nombreux lecteurs qui, animés par des reportages journalistiques qui souvent peu se comprennent eux-mêmes, sont amenés à donner des jugements hâtifs et à émettre des jugements, souvent fondés sur des opinions et des croyances morales, entièrement avulés par la connaissance des faits.

Le livre explique très bien le concept de paralogisme, c’est-à-dire les différents syllogismes. Je rappelle à tous qu’un syllogisme selon Artistotle est basé sur une prémisse plus grande, une prémisse mineure et une conséquence nécessaire.

L’ exemple du syllogisme que tous nous avons étudié à l’école et est comme suit :

Mais le nouveau monde basé sur l’information via Internet a créé un nouveau raisonnement, souvent basé sur un paralogisme, c’est-à-dire un syllogisme incorrect.

Je vous laisse aux paroles de l’auteur, car à mon avis c’est l’une des plus belles étapes dans le texte :

« Le paralogisme prend parfois la forme de vrais syllogismes pervers, quand il manque même la possibilité d’un contraste dialectique et se marie à la recherche d’une clameur médiatique qui en descend.

Comme dans le cas du raisonnement mené dans certains processus, et dont le web a amplifié la portée, comme ils étaient certaines conclusions de certains faits historiques, même sans aucun résultat procédural, que quoi que ce soit d’autre ne sont pas que le fruit de voies syllogistiques perverses se déplaçant de distorsion plus grande locaux ingénéré dans le sentiment commun de ces dernières années. »

Ici aussi, je rapporte du livre un exemple scolaire de la façon de raisonner de certaines personnes.

Donc, si, d’une part, pour éviter les crimes, la rigueur en termes de contrôle et de prévention, l’auteur semble nous avertir des processus faciles et incorrects menés en dehors des salles de classe, où, en particulier avec les technologies modernes de l’internet, des syllogismes pervers sont créés ; ceux qui — rappelle Jannone — Kant a défini « fausseté », c’est-à-dire une ingérence de la raison formellement fausse, bien qu’elle ait le semblant d’inférence correcte.

CONCL

Peut-être que tout le monde ne sait pas que l’Italie détient une triste primauté : avec 47%, elle est en tête du classement mondial de l’analphabétisme fonctionnel.

L’ analphabète fonctionnel est une personne qui ne peut pas utiliser efficacement les compétences de lecture, d’écriture et de calcul dans la vie quotidienne. Peut-être mettre à jour facebook et écrire à vous tous les jours, mais ne peut pas comprendre, évaluer, utiliser des textes écrits pour intervenir activement dans la société.

Je crois que, quand beaucoup de gens tous les jours — même sur ce blog qui parle souvent des banques — parlent de crimes, de fraude, de crime, exprimant souvent des opinions de condamnation dans les comparaisons de telle ou telle partie de la société, faisant souvent des généralisations et utilisant des critères moraux, eh bien, le moment est venu où quelqu’un devrait lire un tel texte.

Dans le livre de Jannone, il n’y a pas de place pour les discours des barreaux, mais seulement pour la rigueur scientifique et pour la diffusion de concepts utiles à chacun d’entre nous pour défendre, comme il l’écrit lui-même dans les conclusions du livre, les valeurs les plus chères, comme la liberté, la réputation — j’ajoute d’un pays — la justice.

Ce que l’auteur nous rappelle, c’est le concept de « théorie de la cohérence », qui insère le concept de vérité comme cohérence au sein d’un certain ensemble de croyances, rappelant cette grande valeur qui est l’honnêteté intellectuelle, quelque chose dont Jannone est un exemple d’italien reconnu dans le monde.

Pour tous nos anciens élèves du WIN the BANK Course leçon d’Angelo Jannone sur la notation de légalité — saviez-vous que votre notation bancaire est également affectée par cela ? — est disponible en vidéo pour les anciens corsistes sur leur page de blog réservée.

Pour tout le monde, je ne peux qu’espérer que nous pouvons encore avoir notre rapporteur faisant autorité lors du prochain cours à Bologne, car il y a beaucoup de choses pratiques que les entrepreneurs ne savent pas sur la banque de notation et comment cela peut être modifié par un comportement vertueux.

Pendant ce temps, je recommande de lire un livre qui, pour quiconque est un amoureux de la connaissance, apparaît comme un hymne presque illuminé à la raison et la rationalité, dans un monde qui, de ce monde, semble ne se souvenir que des dérives jacobean.

Bonne croissance.