Tout savoir sur la propriété intellectuelle

TOUT SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Dans le domaine de la communication, le droit de la propriété intellectuelle reste peu clair pour beaucoup. En fait, pour les agences, les pigistes ou les clients, il est parfois difficile de comprendre les questions de propriété intellectuelle et de faire valoir leurs droits.

Pour tout savoir, nous avons interviewé Quentin JACQUOT, étudiant en M2 en droit de la propriété intellectuelle, pour clarifier le sujet.

Lire également : Quelle est la différence entre une SAS et une SASU ?

De manière simple, comment fonctionne le droit de la propriété intellectuelle en France ?

« Bref, il y a deux blocs de propriété intellectuelle en France. Propriété littéraire et artistique et propriété industrielle. Dans la propriété littéraire et artistique, vous trouverez le célèbre droit d’auteur et les droits connexes (droits accordés aux assistants de création (producteurs, éditeurs, artistes interprètes…). La propriété industrielle comprend principalement des dessins et modèles, des marques et des brevets. Tout le monde connaît les « déclinaisons », AOP, COV, etc., il y a environ 15 droits de propriété intellectuelle différents.

Lire également : Qu'est-ce qu'un juriste fiscaliste ?

Tout simplement, les droits de propriété industrielle sont des droits accordés par acte de dépôt. Cela signifie aller à l’INPI avec un dossier complet détaillant notre création/invention. Ce document sert alors de référence lorsque la contrefaçon est possible, agit comme une « couche », si la contrefaçon ressemble à tout ou partie de la couche, alors il y aura de la contrefaçon. Il existe des exceptions où les droits sont acquis par l’usage, en particulier dans le droit des marques, mais c’est très rare et compliqué, car un juge doit le détenir.

Le droit d’auteur est acquis dès la création de l’œuvre. La difficulté est que l’œuvre doit être une création originale de la forme, c’est-à-dire que la personnalité de son auteur doit être trouvée dans l’œuvre. Une œuvre est originale si l’on perçoit la création humaine d’un auteur particulier. Cela ne signifie pas nécessairement unique, une photographie d’un lieu connu peut être originale dans sa composition. Pour les sites web ou pour les photographies et les logiciels, il est admis que l’originalité est trouvée par les choix libres et artistiques que l’auteur a faits. Autrement dit, il avait un choix à sa portée et ses choix sont artistiquement, graphiquement, visuellement motivés… (réglage de la caméra, ligne de code…) »

Quels sont les principaux types de cession de droits d’une création de site Web ou d’une création graphique ?

« La cession est la cession de tout ou partie de ses biens à une autre personne. Si par type d’affectation vous voulez dire ce qui est possible assigner/faire avec votre droit sur un site Web ou un dessin graphique alors je vais répondre.

Ouais, règle numéro 1, comment est ta création originale ? Si vous pouvez répondre que c’est un bon signe, n’hésitez pas à avoir un carnet de notes avancé (numérique ou papier), comme un carnet de bord qui vous accompagne jusqu’à ce que votre création soit finalisée. Compte tenu de vos progrès tous les jours ou toutes les semaines, l’intérêt est que, dans le cas d’une action en contrefaçon à grande échelle, le contrevenant à un droit de propriété littéraire et artistique vous répondra toujours que, de toute façon, votre œuvre n’est pas originale, donc elle n’est pas protégée par le droit d’auteur, elle est gratuite. Votre carnet de bord est là pour vous aider à démontrer chacun de vos choix créatifs et à dater avec précision la création de votre œuvre. Il est également possible de « enregistrer » votre travail, mais il n’a pas de valeur juridique réelle, c’est surtout un document qui est souvent contesté.

Le site est généralement compris comme une œuvre de l’esprit. Pour qu’il soit original, il faut regarder les choix dans le style du site, l’ergonomie, telle ou telle fonctionnalité dans ces lieux, les couleurs, les animations… Quant à la création graphique, c’est plus simple parce qu’il y a un visuel plus proche des arts visuels, il est donc plus facile de comprendre une originalité. Cependant, un logo simple, de très petits dessins peuvent être problématiques car il y a moins de matériel à analyser en cas de litige.

Donc, en ce qui concerne les affectations, vous devez d’abord savoir ce que vous pouvez assigner. Il y a deux droits d’auteur majeurs, des droits économiques et des droits moraux.

Les droits de propriété correspondent à ce qui est tangible, qui est échangeable contre de l’argent. Il s’agit donc du droit de représenter l’œuvre, de la reproduire (destination, prêt à la location, suite).

Ces droits sont transférables, ce qui signifie que lors d’une cession, vous pouvez décider de céder la totalité ou une partie de ces droits. Par exemple, vous céder pour reproduire l’œuvre lorsque vous voulez que le client puisse mettre le logo sur ses différents supports. Il faudra alors préciser la taille de la mission (quelle moyenne, pendant combien de temps, pour quelle cible (France ou plus large)…) le principe est que ce qui n’est pas expressément attribué reste entre les mains de l’auteur.

Les droits moraux sont inprescriptibles, inaliénables et inaliénables. Cela signifie qu’à partir du moment où vous créez votre emploi, ces droits demeurent. Ainsi, vous avez le droit à la paternité (vous devez être associé au travail d’une manière ou d’une autre), le droit de divulguer le travail, le droit de respecter le travail (destruction ou modification interdite) le repentir et le retrait (vous pouvez demander au cessionnaire de vous fournir votre travail pour l’édition, vous devez compenser). Pour le droit de modification, vous pouvez toujours accepter avec votre client qu’il peut apporter les modifications nécessaires à votre site/création graphique (ajustements), sans toucher les caractères d’origine (que vous définissez avec le client).

Donc il y a tous les devoirs que tu veux.

Attention, donner signifie que vous perdez l’assigné à droite. Nous parlons davantage de dédouanement , plutôt que de transfert pour éviter toute confusion malheureuse. Autorisez votre client le droit de reproduire votre logo sur ses communications plutôt que de le lui donner. En pratique, cela ne changerait pas beaucoup dans ce cas, vous ne seriez pas en mesure de reproduire votre logo sur les communications de votre client, mais ce n’est pas ce que vous auriez fait. Cela peut être plus problématique si vous attribuez un droit plus large, tel que le droit d’assumer la structure du site, auquel cas vous perdez votre droit et vous ne pouvez plus le faire. L’abandon, c’est se débarrasser de l’argent d’un droit. »

Que dit la loi sur la propriété et le droit d’auteur dans les fichiers sources ?

« Vous possédez toutes vos créations. Ça veut dire que tu l’as bien pour toi, il semble. Vous pouvez alors décider de ne pas partager les fichiers source. S’ils sont protégés par des droits d’auteur, faites ce que vous voulez, cela signifie également que si quelqu’un copie ou modifie ces fichiers sans votre autorisation, ils enfreignent. Si ces fichiers ne sont pas originaux et donc protégés, il y aurait un secret commercial ou une concurrence déloyale s’ils étaient copiés par d’autres. »

La législation est-elle différente en ce qui concerne la photographie ou la réalisation de vidéos ?

« Pas vraiment, les cadres de copyright toute forme de création intellectuelle, le logiciel en fait partie, même les bases de données, donc non. La seule différence pourrait venir du régime légèrement plus spécial des créations audiovisuelles (clips, films, courts métrages, spectacles…). L’idée est de faciliter la création, de sorte que le réalisateur sera l’auteur de toutes les créations qui participent au court-métrage sans avoir besoin de transférer de qui compose la musique, interprète les rôles, fait le décor, monter… »

Existe-t-il une échelle ou des pourcentages prédéfinis par la loi pour le transfert total de fichiers ou cette rémunération est-elle basée sur chaque créateur ?

« Il peut y avoir des sommes mises de côté collectivement, comme c’est le cas pour l’édition du livre. Des accords ont été conclus entre les auteurs et les éditeurs, garantissant une rémunération fixe et équitable pour les auteurs lors de leur transfert à un éditeur. Pour le transfert total des fichiers, tout dépend du créateur, du devis, de la relation de pouvoir entre le client et vous. Plus le client est en position de force (comme un éditeur qui contrôle éventuellement la vie ou la mort du livre), moins il voudra payer. Donc c’est la négociation, vous pouvez fixer une échelle ou s’adapter à chaque situation. A savoir qu’une affectation totale est lourde, vous perdez tous les droits de propriété sur le travail assigné, pensez à cela lors de la négociation de la rémunération. Pour calculer, pensez à ce que votre travail vaut en termes d’heures investies, mais aussi ce que vous « perdez » en cédant, c’est-à-dire ce que vous n’aurez plus la possibilité de faire et d’essayer de chiffrer. La difficulté est donc que tout dépend des circonstances à chaque fois, donc il peut y avoir des échelles ou des pourcentages, mais ces chiffres sont froids. En comparaison, un auteur de livre gagnera en moyenne 7 % des ventes. Dites-vous que vous êtes dans une position de force parce que vous avez le contrôle de votre travail, c’est à vous de transformer cette force en valeur monétaire.

Où cette notion de propriété doit-elle être précisée ? Sur la spécification ? Sur le devis ? Est-il essentiel de créer un document de la CCG ?

« Précisez-le sur le devis, je pense. Que votre performance comprenne une partie créative qui pourrait être protégée par la propriété intellectuelle. Sur les détails pourquoi pas. La meilleure chose à propos de la stipulation est, à mon avis, de la préciser sur l’estimation initiale comme une éventualité et sur le projet de loi final une fois les travaux terminés. Dans votre GC, vous pouvez, à mon avis, préciser comment sur les citations que votre travail est susceptible d’être protégé de la propriété intellectuelle, dans ce cas, vous devrez convenir d’un transfert de droits, etc., qui peut coûter ou moins, seulement il devra être clarifié. Le client doit également être averti que dans le cas d’une œuvre protégée, ne sera pas en mesure de faire ce qu’il veut de votre création, sauf en plein transfert, et encore une fois.

Le problème, à mon avis, c’est qu’ils sont généraux. Il est donc nécessaire de rester suffisamment vague, car le droit d’auteur est au cas par cas. Certaines de vos créations ne seront pas protégées, d’autres le feront. Dans les GC, spécifiez uniquement que les œuvres peuvent être protégées. Attention, cependant, plus vous écrivez, plus l’interprétation peut se retourner contre vous. Si vous écrivez « nos créations peuvent être protégées par le droit d’auteur », au lieu d’un contrevenant, je vais lire votre texte à l’envers « nos créations peuvent être protégées mais pas toujours, mais ici ce n’est pas le cas », ce qui rendrait une pièce comme votre GTC inutile dans le cadre d’un litige avec un contrevenant. Rappelez-vous cela, les avocats sont convaincus du bien-fondé de la demande de leur client, une personne convaincue trouve toujours des preuves qui entrent dans son direction partout.

Je ne pense pas qu’il soit essentiel de le mettre dans les CGV, donc vous préférez le devis ou la spécification. »

Avez-vous un modèle de CG qui permettrait à toutes les agences ou à tous les pigistes de se protéger ?

« Je n’ai pas de modèle non, soyez prudent avec les modèles. Ils servent de tableau d’ensemble, c’est une sorte de délimitation qu’une personne vous propose. Mais ce n’est pas une recette exacte, le modèle que vous trouverez est conçu pour une situation dans un endroit donné, il se peut que certaines informations ne vous soient pas utiles ou même vous pénaliser. Certaines informations importantes peuvent également être manquantes. Pensez-y comme lego, le modèle est un moyen de construire votre propre navire, comme une personne le fait, mais vous pouvez également décider de faire quelque chose d’autre en vous inspirant, en changeant de couleur, en mettant un canon laser passé… J’arrête la métaphore, mais tu l’as compris.

Pour le freelance ou l’agence de communication, quels sont les recours si le client viole les droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits droits ?

« Donc, en ce qui concerne la loi elle-même, il y a un besoin d’une cession expresse. Autrement dit, l’auteur doit, dans la cession, déterminer quel est le droit de céder, pour qui, pour quel territoire, pour combien de temps (cela peut être toute la période de protection juridique de l’œuvre et pour tous, correspond à une délimitation). Plus vous êtes précis, plus le champ d’action du client est limité.

S’ il viole votre mission, c’est-à-dire qu’il fait plus que ce que vous lui autorisez (il appose également votre logo sur d’autres formats de communication, ou fait pour créer une marque), ils doivent réagir. Il y a une période de tolérance légale, qui est de 3 ans, me semble-t-il, disons 3 ans à compter du jour où vous avez pris connaissance de l’acte. Après cette période, elle autorise tacitement l’acte et ne peut plus agir (pour les droits économiques, les droits moraux ne sont pas soumis à des limitations).

Pour agir, vous pouvez déjà lui écrire vous-même et el estate pour arrêter. Vous pouvez également aller à un avocat qui le fera un MED. Il est également possible de renvoyer l’affaire au tribunal pour qu’il y ait réparation provisoire et de procéder à une mesure d’urgence, ce qui mettra fin à l’action. Soyez prudent, cependant, de procéder à une mesure d’urgence est d’entrer dans le processus judiciaire. Il est également possible d’effectuer une saisie de contrefaçon, ce qui est très lourd en conséquence, mais très pratique. Vous devez cependant agir en violation devant le juge plus tard, sinon vous devrez indemniser le client. »

Pour le client, quels sont les recours si rien n’était stipulé sur la propriété intellectuelle lors de la création du projet ?

« À mon avis, nous passons au domaine du droit conventionnel des contrats, à savoir que vous avez manqué à votre obligation de fournir des renseignements. Vous disposez d’informations critiques pour le client qui ne sait pas. Alors il pensera qu’il peut tout faire avec ta création, et un jour tu tomberas sur lui pour l’empêcher de le faire. À mon avis, c’est l’un des seuls cas qui peuvent se produire. Si cela se produit, il pourrait y avoir une révision du contrat, c’est-à-dire une adaptation du contrat, ou une résiliation, c’est-à-dire que le contrat deviendrait nul et non avenu et vous reviendrez à la case 1. Toutefois, il commettrait un acte de contrefaçon parce qu’il n’aurait pas le droit d’exploiter l’œuvre.

Ce qui est encore possible, c’est d’apporter une modification à votre contrat. Au lieu de tout détruire et de recommencer, vous faites un contrat spécifique qui sera ajouté au contrat initial. »

À partir de savoir !

« Secret d’affaires , code commercial. Bref, depuis juillet 2018, les dispositions relatives au secret commercial figurent dans le Code de commerce (articles L151-1 et suivants). Il s’agit d’informations qui ne sont pas facilement accessibles ou connues de personnes familières avec le secteur concerné, qui ont une valeur commerciale et le détenteur fait tout ce qui est en son pouvoir pour les garder secrètes. Ce sont essentiellement des techniques d’usinage, des maquettes, des fichiers sources etc… L’information est protégée contre la copie ou l’appropriation par les concurrents s’il ne s’agit pas d’une découverte. Il est moi, il semble qu’il est possible de fournir une enveloppe Soleau à transmettre à l’INPI. Ce document atteste que vous êtes en possession d’un secret et que vous pouvez protéger ou servir de preuve. Voici un lien vers l’article de l’INPI sur le secret comme alternative à la propriété intellectuelle.

https://www.inpi.fr/fr/comprendre-la-propriete-intellectuelle/les-autres-modes-de-protection/le-secret Attention, cependant, l’effet Streisand, agissant sur la base du secret peut conduire à révéler à votre concurrent que vous avez un secret commercial, ou même à révéler à votre concurrent le contenu de ce secret.

La protection accordée est fondée sur la faute qui est la violation du secret d’entreprise (espionnage industriel, vol, transmission non autorisée…) résultant d’un acte du concurrent.

Concurrence déloyale, code civil. La contestation déloyale est fondée sur l’article 1240 du Code civil. C’est une faille de la part d’un concurrent direct (sur le même marché) qui vous contrevient. En d’autres termes, le retrait d’une de vos créations à des fins d’utilisation et de commercialisation (si elle n’est pas originale et donc non protégée par le droit d’auteur) peut être la faute de la concurrence déloyal. La responsabilité de la concurrence déloyale est divisée en plusieurs formes : dénigrement injustifié (du concurrent ou de ses produits) (un dénigrement justifié pourrait être une critique négative à l’égard de l’entreprise ou des produits sur la base d’une étude scientifique, la qualité même des produits/services, etc.), la confusion avec l’entreprise ou les produits (le concurrent adopte les mêmes codes graphiques comme vous, propose des créations très similaires ou prend vos créations en ouvrant son nom), la désorganisation interne de l’entreprise (le concurrent aborde vos employés/clients dans un manière très intense et intrusive), la désorganisation du marché (désorganisation d’une profession entière, comportement déloyal envers l’ensemble du marché, généralement ignorer les réglementations sectorielles pour avoir une nouvelle solution, un nouveau concurrent (exemples Uber, Airbnb, Blablacar, Vinted, économie collectif est toujours en question). Si la personne qui vous viole n’est pas un concurrent direct, il reste le parasitisme économique , c’est-à-dire le fait de se mettre dans le sillage et de profiter et/ou de vos efforts (humain, capital, R&D…) o — confusion.

Ces pratiques constituent des défauts de concurrence déloyale (cependant, le parasitisme est distinct).

Pour en savoir plus sur nos actualités, visitez notre Linkedin, Facebook ou notre blog.

Show Buttons
Hide Buttons