Comment rompre un contrat vie ?

Certains sont allés jusqu’à se demander ce qu’ils risquent en faisant un abandon de poste. D’autres se posent la question sur l’aboutissement de l’engagement d’un litige tellement rompre le contrat VIE est urgent pour eux. Il existe bel et bien un moyen moins risqué de rompre votre contrat vie.

Le contrat VIE en 3 points essentiels

Trouver et signer un contrat de Volontariat International en Entreprise est une opportunité qui séduit les jeunes actifs français. Ce type de contrat s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 28 ans. Il offre l’opportunité de partir à l’étranger tout en travaillant pour une entreprise bien qu’il s’agit à la base d’un volontariat. Le volontaire, et non salarié, s’engage dans un contrat dont la durée peut aller de 6 à 24 mois. En 24 mois, beaucoup de choses peuvent se passer et de nombreuses opportunités défilent devant vos yeux.

A lire aussi : Tout savoir sur la propriété intellectuelle

UBIFRANCE : l’organisme qui organise tout

Dans un contrat VIE, on parle d’entreprise d’accueil, celle pour laquelle vous faites du volontariat, et ce n’est pas pour rien. Le fait est que la grande majorité de l’organisation et de la mise en place du dispositif VIE est assuré par Ubifrance. Par ailleurs, c’est également l’organisme qui se charge de la recherche des candidats, des aides financières pour l’entreprise éligible. Il se charge également du versement des indemnités du volontaire.

L’essentiel du contrat VIE

Le contrat V.I.E. peut vous faire rater l’opportunité professionnelle de votre vie. Il est clairement stipulé dans un contrat VIE que le volontaire doit faire l’activité à temps plein. Il doit également passer au moins 200 jours par an dans le pays étranger où il effectue sa mission professionnelle au nom de l’entreprise d’accueil. Mais plus important encore, le volontaire n’a pas le droit d’avoir une activité rémunérée en parallèle au V.I.E.

A lire aussi : Qu'est-ce qu'un juriste fiscaliste ?

La clause liée à la rupture d’un contrat de vie

Voilà qu’il vous reste encore 7 mois avant la fin de votre contrat VIE de 24 mois. Pourtant, une offre d’emploi CDI intéressante, qui ne passe que tous les 10 ans, est à saisir dans un mois au plus tard. En relisant votre contrat VIE, vous réalisez que vous ne pouvez rompre que dans deux conditions. Il faut que vous justifiiez de la réalité d’une activité professionnelle. En plus, la clause prévoit un préavis de 3 mois. Comment pouvez-vous rompre votre contrat vie dans ce genre de cas ?

Le justificatif indispensable pour rompre un contrat de vie

Tout d’abord, il y a une certaine ambiguïté dans la justification de la réalité d’une activité professionnelle. Une des conditions du contrat VIE stipule que le volontaire ne peut pas avoir d’activité rémunérée en parallèle avec son VIE. De quelle réalité est-il donc question ? Rassurez-vous, le justificatif que l’on vous demande est en fait assez simple. Si vous avez trouvé un CDI intéressant, il vous suffit d’obtenir une promesse d’embauche.

Dans certains cas, un volontaire VIE est pressé de créer sa propre entreprise alors qu’il n’a pas encore terminé son contrat VIE. Le justificatif à fournir dans ce cas est celui qui atteste de la création en cours de l’entreprise. Le tout est de savoir si votre demande aboutira ou non. Une autre question se pose également quant à qui adresser votre requête. Les volontaires qui ont déjà été confrontés à ce genre de cas conseillent de négocier avant tout avec l’entreprise d’accueil.

Comment régler le problème du préavis de 3 mois ?

Il n’est donc pas impossible de trouver un justificatif valable à présenter dans votre dossier de rupture de contrat vie. Mais un problème essentiel reste à résoudre : comment contourner le préavis de 3 mois ? Cette problématique ne se pose pas dans le cas où le justificatif est accepté et que le volontaire peut terminer les trois mois de préavis.

Pourtant, dans bien des cas, c’est surtout ce préavis de 3 mois du contrat vie que l’on veut contourner ou écourter. Pour ce faire, il n’y a pas de meilleure issue que de négocier la réduction à un mois du préavis auprès de l’entreprise d’accueil. Il s’agit d’essayer d’aboutir à une rupture à l’amiable.