Comment réduire les impôts de son entreprise ?

Les impôts représentent des dépenses pour l’entreprise. Ce sont des versements obligatoires que l’entreprise versera à l’État pour que ce dernier subvienne convenablement aux charges publiques. Toutefois, ces dépenses peuvent très vite devenir importantes et l’entreprise doit chercher un moyen de les réduire pour rentabiliser. Comment peut-elle arriver à cette fin ? Découvrez dans ce texte les astuces pour réduire les impôts de son entreprise.

Donner sans rien attendre en retour

Pour réduire les versements que l’État exige de vous, vous pouvez l’aider à parfois faire ce qu’il fait et en tirer vos ‘’bénéfices’’. L’idée ici est de faire des dons sans rechercher un quelconque retour sur investissement. Vous ferez donc une œuvre caritative. Lorsque vous faites un don à une œuvre d’intérêt général comme la défense de l’environnement, l’État vous fait une réduction d’impôt de 60 % de la valeur du don.

A découvrir également : Comment calculer les droits d’accises ?

Vous pouvez aussi vous intéresser au bien culturel en achetant un ‘’trésor national’’. Avec cet achat, vous profiterez d’une défiscalisation de 40 % de la valeur du bien. Lorsque vous participez à l’achat d’un bien public, vous profitez d’une réduction d’impôt de 90 % de la valeur du bien acquis.

Investir dans la formation

L’État voudrait aussi que vous prépariez la relève. C’est pour cette raison qu’il est prêt à alléger vos impôts si vous prenez sur vous l’apprentissage des jeunes. À cet effet, il met à votre disposition, le crédit d’impôt d’apprentissage. Pour accéder à ce crédit, vous devez embaucher au moins un apprenti pendant 30 jours au minimum tout en étant soumis à un véritable régime d’imposition. L’aide que vous recevrez avoisinera tout au moins les 1600 euros si vous devez former le jeune pendant 12 mois.

Lire également : Pourquoi construire sa propre liste d’emails en entreprise est indispensable en 2024 ?

Par ailleurs, en formant vos dirigeants également, vous aurez droit à un autre crédit impôt. Pour connaître ce crédit, vous multiplierez le nombre d’heures de formation (le maximum étant de 40 heures) par le SMIC horaire du moment. Rappelons que la formation que vous suivrez doit avoir rapport avec votre activité.

Penser au bien-être de vos collaborateurs

Un autre moyen de réduire l’Impôt sur les sociétés est d’assurer d’une certaine manière le bien-être des salariés. L’idée est de financer leur retraite complémentaire. Ceci est encore plus avantageux pour vous, car dans un premier temps, les cotisations pour ces retraites sont à déduire de l’impôt. Vous pourrez ainsi facilement augmenter les revenus des salariés sans véritablement engager de frais supplémentaires. En second lieu, vos collaborateurs seront plus dévoués à la tâche.

Vous pouvez également alimenter les plans épargnes de vos salariés. Nous pensons principalement ici au PERP, PERCO… Ces charges que vous supporterez sont déductibles des bénéfices au moment du calcul de l’Impôt sur les sociétés. C’est un moyen de faire des versements aux salariés plutôt qu’à l’État. Ce qui est encore bien dans tout ceci est que ces dépenses ne pèseront pas sur votre trésorerie.

Faire accroître ses provisions

Les provisions permettront de ternir ferme lorsqu’une crise survient dans le futur. En investissant dans ces provisions, vos bénéfices deviendront moins importants. Dès lors, l’impôt que vous aurez à payer diminuera puisque c’est sur le bénéfice qu’il devrait être prélevé. Cependant, pour ne pas vous mettre l’administration fiscale à dos, vos provisions doivent être rationnelles. C’est dire que ces provisions serviront à payer des charges futures dont vous connaissez déjà le montant avant de clôturer les présents comptes.

 

Optimiser sa comptabilité

L’optimisation de votre comptabilité est un élément clé pour réduire la facture fiscale de votre entreprise. Pour cela, vous pouvez notamment choisir une méthode d’amortissement qui soit favorable à votre activité. Effectivement, l’amortissement linéaire est souvent préféré par les entreprises car il permet de déduire régulièrement des charges tout au long de la durée d’utilisation du bien concerné.

Il existe aussi d’autres méthodes telles que l’amortissement dégressif ou accéléré qui peuvent être plus avantageuses dans certains cas précis. Il faut faire le point sur les différents choix possibles et leurs implications avant toute décision en matière d’amortissement.

Une gestion rigoureuse des provisions pour charges et des créances doit être mise en place afin d’éviter tout risque inutile. Effectivement, ces deux éléments sont souvent à l’origine de redressements fiscaux importants.

Il est recommandé de tenir une comptabilité analytique pour mieux appréhender les coûts engendrés par chaque activité exercée au sein de l’entreprise. Cette mesure peut s’avérer très utile lorsqu’il s’agit de justifier auprès du fisc certaines dépenses ou encore lorsqu’il faut évaluer avec précision le montant des bénéfices réalisés par chacune des branches opérationnelles.

Utiliser les crédits d’impôt disponibles

Les crédits d’impôt sont des aides fiscales qui permettent aux entreprises de réduire le montant de leurs impôts sur les bénéfices. Ces crédits peuvent être utilisés pour divers projets ou activités tels que la recherche et développement, l’embauche de salariés en alternance, les investissements dans des équipements économes en énergie ou encore les dons à des associations.

En choisissant d’utiliser ces crédits d’impôt disponibles, vous pouvez donc diminuer significativement votre facture fiscale. Pensez à bien connaître les différentes options qui s’offrent à vous afin de choisir celles qui correspondent le mieux à votre entreprise.

Certain(e)s entrepreneurs/euses hésitent parfois à se tourner vers ces dispositifs car ils requièrent souvent du temps pour monter un dossier complet et justifier leur demande auprès des autorités compétentes. Pourtant, cela peut valoir le coup : selon la nature du projet concerné et selon le cas précis de chaque entreprise impliquée, l’utilisation des crédits d’impôt peut offrir une incitation financière non-négligeable.

L’utilisation intelligente des crédits d’impôt permet aux entreprises soumises au régime fiscal classique de profiter d’avantages fiscaux tout en développant leur activité dans certains domaines ciblés.