Zones Atex : définition et classification

La première directive européenne est l’ATEX 153, qui oblige les propriétaires à identifier les zones ATEX dans les zones où se trouvent des sources explosives. Cette division en zones doit être incluse dans le document de protection contre les explosions. Vous désirez en savoir plus ? Découvrez tout ce que vous devez savoir sur les zones Atex.

Définition

Commençons par le premier acronyme ATEX, il vient de la désignation française ATmosphères EXplosibles et est utilisé pour deux directives européennes pour le danger d’explosion dans des conditions atmosphériques.

Lire également : Le risque juridique en entreprise

Le risque d’explosion est déterminé sur la base d’un inventaire et d’une évaluation des risques.

Comment identifier une zone ATEX ?

Une zone Atex est définie par la probabilité qu’une explosion puisse se produire. Les atmosphères explosives peuvent être dues à des gaz, des vapeurs, des brouillards ou des poussières combustibles. Lorsqu’ils sont en quantité suffisante, mélangés à l’atmosphère (oxygène) et à une source d’inflammation, ils peuvent provoquer une explosion. Le danger d’explosion peut s’exprimer sous les formes suivantes :

A lire en complément : Quels sont les avantages de la loi Pinel ?

  • Explosion de gaz
  • Explosion de brouillard
  • Explosion de poussières

Gaz, vapeurs et brouillard – Zones ATEX 0, 1 et 2

Nous commençons par les zones à risque d’explosion de gaz et/ou de brouillard qui sont indiquées par les zones ATEX 0, 1 & 2.

Zone ATEX 0 (zéro)

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air de substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard est présente en permanence ou pendant de longues périodes ou fréquemment.

Une indication dans des circonstances normales qu’il existe un risque élevé d’explosion :

  • Plus de 1.000 heures par an.
  • >10% des heures de fonctionnement

ATEX Zone 1

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air ou des substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard est susceptible de se produire en fonctionnement normal de manière occasionnelle. Une indication dans des circonstances normales qu’il y a un risque moyen d’explosion :

  • Entre 10 et 1.000 heures par an.
  • Entre 0,1% et 10% des heures de fonctionnement.

ATEX Zone 2

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive consistant en un mélange avec l’air de substances inflammables sous forme de gaz, de vapeur ou de brouillard n’est pas susceptible de se produire en fonctionnement normal, mais, si elle se produit, elle ne persistera que pendant une courte période. Une indication dans des circonstances normales qu’il y a un faible risque d’explosion :

  • Moins de 10 heures par an.
  • <0,1% des heures de fonctionnement

Poussières – Zones ATEX 20, 21 et 22

Nous continuons avec les zones à risque d’explosion de poussières qui sont indiquées par les zones ATEX 20, 21 & 22.

Zone ATEX 20

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive sous la forme d’un nuage de poussière combustible dans l’air est présente en permanence, ou pendant de longues périodes ou fréquemment.

Une indication dans des circonstances normales qu’il existe un risque élevé d’explosion :

  • Plus de 1.000 heures par an.
  • >10% des heures de fonctionnement

ATEX Zone 21

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive sous forme de nuage de poussière combustible dans l’air est susceptible de se produire occasionnellement en fonctionnement normal. Indication que, dans des circonstances normales, le risque d’explosion est moyen :

  • Entre 10 et 1.000 heures par an.
  • Entre 0,1% et 10% des heures de fonctionnement.

ATEX Zone 22

Un endroit dans lequel une atmosphère explosive sous la forme d’un nuage de poussière combustible dans l’air n’est pas susceptible de se produire en fonctionnement normal. Toutefois, si elle se produit, elle ne durera pas longtemps. Indication, dans des circonstances normales, que le risque d’explosion est faible :

  • Moins de 10 heures par an.
  • <0,1% des heures de fonctionnement