Quelle est la différence entre une SAS et une SASU ?

Sur le chemin de la création de votre entreprise, vous atteindrez forcément un carrefour où l’on vous dira de choisir votre statut juridique avant de continuer votre route. Plusieurs statuts juridiques existent, mais nous nous intéresserons ici aux sociétés de capitaux comme la SAS et la SASU. Ces deux sociétés ont plusieurs points en commun, mais que savons-nous de leurs différences ?

Le nombre d’associés et les implications

La SAS est une Société par Action Simplifiée et la SASU est une Société par Action Simplifiée Unipersonnelle. La différence la plus notable entre ces deux sociétés est le nombre d’associés dont elles regorgent. Dans le cas de la SAS, nous avons plusieurs associés, mais au niveau de la SASU, il n’y a qu’un associé unique. Qu’est-ce que cela implique réellement ?

A lire en complément : Le risque juridique en entreprise

Dans le cadre de la SAS, les associés vont contribuer chacun selon sa possibilité au capital nécessaire pour créer la société. Ils auront alors des parts sociales qui leur donneront des pouvoirs de décision. Par contre, dans le cas de la SASU, le capital nécessaire à la création de l’entreprise est apporté seulement par l’associé unique. S’il doit avoir un droit de veto, c’est lui seul qui le détient.

Autre aspect évident de la chose, dans le cas de la SASU, toutes les décisions reviennent uniquement à l’associé unique. De ce fait, il ne sera pas obligé d’installer des organes décisionnels. A contrario, pour ce qui concerne la SAS, les organes de décision seront choisis par les associés. Cela peut se faire en assemblée générale. Lorsque des nominations sont faites, un compte-rendu doit être établi au niveau de la SAS contrairement à la SASU. L’associé de la SASU n’a donc pas de justificatif à fournir.

A lire en complément : Quel est le rôle d'un conseiller juridique ?

On note néanmoins une condition à ce qui vient d’être dit. Le SASU devra produire un rapport de gestion lorsqu’il réunit deux des conditions suivantes :

  • un chiffre d’affaires annuel supérieur à deux millions d’euros ;
  • plus de 20 salariés dans sa boîte ;
  • un bilan total d’un million d’euros.

Formalité de création des sociétés

En dehors de ces différences qui sont notées dans le fonctionnement de ces deux sociétés, il n’y a plus de grandes différences entre elles. Elles ont le même régime fiscal avec un même capital minimum pour démarrer. Ce qu’il convient de souligner dans le processus de création de ces sociétés, c’est que la SAS doit beaucoup faire attention dans la rédaction de ses statuts. En effet, il lui faudra rédiger un pacte d’associés. Ainsi, les conflits entre les associés pourront être facilement gérés dans l’entreprise. Bien évidemment, un tel pacte n’est pas nécessaire dans le cadre d’une SASU, puisque l’associé unique est le seul à gérer.

Faites alors un choix selon vos objectifs

La SAS et la SASU sont des sociétés jumelles et leurs seuls traits distinctifs sont ceux énumérés ici. Si vous devez faire un choix entre ces deux sociétés sœurs, il faudra tenir grand compte de vos objectifs. S’il ne vous est pas possible de faire fonctionner la société à vous seul, vous pouvez faire appel à des associés et donc opter pour la SAS. Avec des associés compétents et engagés, vous pourrez aussi relever de grands défis.

 

 

 

Show Buttons
Hide Buttons