décembre 2, 2020

Tout sur les horaires de travail des cadres

Au fil des années, les horaires de travail des cadres ont connu de nombreux changements. Ils sont de plus en plus encadrés. Les forfaits jour sont de plus en plus courant. Avec l’évolution des conditions de travail, il est devenu nécessaire de redéfinir clairement les horaires de travail des cadres. Continuez la lecture de cet article pour en savoir plus sur le sujet.

Les cadres peuvent-ils avoir des horaires libres ?

Les cadres réclament le droit des cadres à des horaires fixes depuis de nombreuses années. Selon de nombreuses études, plus de la moitié des jeunes cadres désirent qu’on leur impose des horaires de travail, indépendamment des 35 heures définies par le cadre légal. Une partie des anciens sont d’accord avec cette idée. Généralement, les cols blancs tels que les consultants, les commerciaux, les chefs de projet ont souvent des amplitudes de travail variées.

A découvrir également : Digital dans la stratégie d'entreprise

Ces salariés ont une préférence pour la convention annuelle en jours. Cela leur permet de mieux encadrer l’organisation de leur temps de travail. Avec le forfait annuel en jours, le travail est décompté en semaines plutôt qu’en heure.

Avec ce type de forfait, les travailleurs n’ont plus l’obligation de se soumettre à la règle des 35 heures hebdomadaires. Ils bénéficient également d’un cadre légal pour organiser leur temps de travail.

A lire également : Le choix du centre de formation

Les horaires de travail des cadres sont-ils illimités ?

Les cadres ont travaillé durant de nombreuses années sans prêter attention à la notion d’horaires de travail. Certains salariés ont reproché à leurs employeurs un contrôle insuffisant du nombre de jours de travail tandis que d’autres ont saisi la justice pour faire accepter leur convention de forfait et leur demande de rappel d’heures supplémentaires. Cependant, durant ces dernières années, plusieurs décisions de justice ont été prises pour apporter plus de précision de ce côté. Des cours de cassation ont stipulé que les clauses qui font allusion aux forfaits jour de certains secteurs n’étaient pas assez précises en ce qui concerne les horaires des cadres.

Selon eux, le point qui manquait principalement, c’est la notion de surveillance et de points fréquents. D’après eux, l’employeur doit nécessairement établir un document de contrôle des jours de repos et de travail, organiser un entretien annuel pour une mise au point et se charger du suivi de l’organisation du travail des employés. Il doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger leur santé physique et mentale et assurer leur sécurité. Toutes les mesures doivent être prises dans ce sens.