novembre 25, 2020

Le risque juridique en entreprise


Entretien avec Sylvie Verniole Davet : connaître et anticiper les risques juridiques d’un chantier, c’est préserver sa santé !

A découvrir également : Quels sont les objectifs de la communication sociale ?

Sylvie Verniole Davet est avocate à la Cour d’appel de Paris depuis 1995. Elle est aussi médiatrice. Enfin, il offre une formation en droit du bâtiment et de l’immobilier dans des organismes de formation, dont Afortech, avec lesquels il travaille depuis plus de 10 ans.

Q — Quels sont les risques juridiques que les entreprises de construction encourent le plus souvent dans la vie quotidienne d’une entreprise ?

R — Avant de parler des risques juridiques en tant que tels, la formation créée par Afortech s’inscrit dans une approche proactive : comment aider les entreprises à protéger leurs chantiers dans le cadre de l’exécution des travaux ? Nous nous sommes posé la question : comment un directeur d’entreprise peut-il empêcher un client de refuser une réception, afin de ne pas payer son prix à la fin du travail.

A découvrir également : Qu'est-ce qu'un objectif marketing ?

Par exemple, comment l’entreprise peut-elle protéger, lors de la négociation d’un contrat, des clauses qui pourraient avoir une incidence sur sa rentabilité ? Comment l’entreprise peut-elle éviter de recevoir ou d’externaliser des risques ? Sur la base d’un certain nombre de constatations comme celles-ci, nous avons décidé de créer une formation pour l’identification et le contrôle des risques juridiques.

Les formations que nous avons mises en place se concentrent donc sur :

— clauses essentielles d’un contrat, pour empêcher l’entreprise de maintenir son activité saine — sous-traitance — les conditions juridiques d’exécution d’un contrat privé et d’un marché public — réception de la procédure — le risque criminel encouru par le chef d’entreprise

D — Qui sont les raisons pour lesquelles une entreprise peut être affectée dans ses activités en raison de risques juridiques ?

R — Lors de l’exécution d’un projet, il y a, par exemple, l’objet supplémentaire du travail que l’employeur ne veut pas payer. Pourquoi ? Comment l’entreprise peut-elle obtenir le paiement ? Lors de la négociation d’un contrat, y a-t-il aussi la question de savoir quelles clauses peuvent avoir une incidence sur l’entreprise ? En particulier, comment négocier des sanctions tardives ? Quelles dispositions devrions-nous faire attention pour que l’employeur n’ajoute pas de dommages aux pénalités en cas de retard ? Que faire lorsque l’employeur refuse d’accepter le contrat et confond les réserves et la cessation du PAA ?

Q — Quels profils peuvent bénéficier de ces cours de formation sur les risques juridiques ?

R — Ces cours de formation s’adressent à tous les employés de l’entreprise : gestionnaires de chantier, directeurs d’entreprise, directeurs de construction, assistants et gérants d’entreprise. Ils ont été créés en fonction du profil des stagiaires. Les gestionnaires d’entreprise seront davantage formés à l’exécution d’un contrat et à la partie commerciale et juridique. Les assistants ou les directeurs étudieront plus avant la partie administrative. Comment répondre à un courriel d’un employeur ou d’un maître de travail, avec quel formalisme. En bref, ces séances d’entraînement sont entièrement adaptées à leurs objectifs. L’idée est d’éviter que les PME ouvrent des dossiers de plaintes au début d’un chantier… mais plutôt de les aider à repérer les pièges à éviter et, dans le cas contraire, à trouver des moyens d’y remédier.

Q — Quelles bases juridiques estimez-vous important d’acquérir à différents niveaux d’une entreprise ?

A — L’idée est de donner aux stagiaires une culture juridique et une conscience juridique afin qu’ils puissent protéger les droits de leur entreprise. Ils apprennent à trouver des réponses et à les exploiter avec leurs différents interlocuteurs pendant la vie d’un chantier.

D — Pouvez-vous illustrer la valeur de ces formations avec des exemples d’entreprises qui ont pris l’initiative d’organiser ces cours de formation juridique avec vous et Afortech ?

A — Le groupe Fareneit (Ingénierie électrique, thermique et climatique), à l’initiative de DAF Nadia Thibaud et Christophe Puga, a décidé de proposer une formation juridique sur mesure pour tous ses collaborateurs, en fonction de leurs profils (voir insert).

De même, j’ai parlé à Acorus (services de construction, entretien, rénovation et réhabilitation) des risques juridiques dans les marchés publics, de l’appel d’offres à l’exécution.

Enfin, parmi de nombreux entreprises, nous avons l’exemple de la société UTB, où tous les employés ont été formés en matière de risque criminel (sous-traitance et accidents sur les chantiers), en commençant par les gestionnaires.

Expérience client : Christophe Puga, Directeur Général de la Division Electricité du Groupe Fareneit (Setelec et Heliom).

Nous avons envisagé une formation sur les risques juridiques pour sensibiliser nos PME, qui sont souvent basées sur une structure avec un directeur, des agents d’affaires et des assistants.

Nous nous sommes rendu compte que pour nos contrats de maintenance ou nos travaux d’installation, nous avions besoin, selon les niveaux, d’une base juridique et des conseils d’avocats expérimentés pour nous protéger contre les risques de contentieux. Pour les syndics, une compréhension des risques criminels du gestionnaire d’entreprise. Et pour les assistants, nous voulions une formation afin qu’ils puissent s’assurer, au moment de la signature d’un dossier, que tous les documents contractuels importants ont été recueillis et que les bons renseignements ont été inclus. Et pour les personnes nommées par une entreprise, laissez-les être en mesure d’alerter à temps s’il y a un risque de litige.

Nous avons eu peu de litiges, mais compte tenu de la croissance rapide des entreprises, de la croissance du Groupe et de la prolifération des Business Oners, nous avons voulu rappeler aux Directeurs les bonnes pratiques et former des Business Managers qui n’avaient pas été.

Nous avons travaillé avec Afortech pour créer un cours de formation sur mesure entièrement adapté à nos activités, à nos activités et à nos activités. Nous avons fait cousu à la main, en trois pôles principaux :

  1. d’ abord une section adaptée aux syndics, sur le risque criminel pour les cadres et sur les bonnes pratiques pour éviter les litiges. Questions relatives à la sous-traitance, à l’emploi temporaire, aux travailleurs détachés, aux obligations en matière de santé et de sécurité, à la traçabilité de l’information.
  2. puis un formulaire de terrain pour les chefs d’entreprise, avec une distinction entre les gestionnaires commerciaux axés sur la maintenance, chargés d’un contrat ; et les agents d’affaires, souvent responsables des opérations avec plusieurs organismes d’État, des relations entre les entités gouvernementales, et thersquo ; état, entrepreneurs et propriétaires de projets, problèmes de réception, sous – traitance, garantie, paiement, rédaction d’un rapport de projet. L’idée est qu’ils pourront éventuellement alerter leur gestionnaire en cas de glissement du chantier.
  3. Enfin, un formulaire pour les assistants administratifs, qui nous a amenés à définir une liste de contrôle à suivre lors de l’ouverture d’un projet ou de la réception d’un contrat, avec tous les documents à récupérer et à vérifier,
  4. etc.

Cette formation s’est déroulée en petits groupes sur une période d’un an. Aujourd’hui que c’est fini, en termes de feedback, nous pouvons dire que nous avons reçu des commentaires très positifs de la part des équipes sur l’utilité et la qualité de la formation fournie par Afortech, ainsi que très adaptée à leurs fonctions et professions, et avec des échanges très intéressants avec des conférenciers, en particulier avec Maître Verniole Davet.

Nous avons encore peu de litiges, ce qui est un signe très positif pour un groupe qui fait aujourd’hui 36 millions et a augmenté rapidement ces dernières années. Cette formation était préventive et non guérison, et nous l’accueillons. Maintenant, nous allons devoir continuer les bouchées de rappel pour les nouveaux arrivants. Cependant, dans l’ensemble, cette formation a été particulièrement bénéfique pour nos PME, en prenant le meilleur des grands groupes et en l’adaptant à nos installations.

Cours de formation standard Afortech sur la prévention juridique : demandez à Laetitia Courbaron au 01 40 55 14 26 !

  • Contrats de construction : bases légales appliquées au site, 3 jours
  • Conditions légales pour l’exécution d’un contrat de travail, 2 jours

  • Réception de travail et gestion des demandes de remboursement, 1 jour

  • Supervision de la sous-traitance, 1 jour

  • Délégation de pouvoirs comme outil de prévention du risque criminel, 1 jour

Lire la suite : consultez le « Assurer votre activité de la course à la réception des emplois »

/