Quel salaire demander en freelance ?

Gérez-vous seul votre business ? Ou exercez-vous une activité professionnelle de façon indépendante ? Si oui, alors vous êtes un travailleur en freelance. Cette manière de travailler vous rend maître de vous-même et présente de nombreux avantages. Néanmoins, il n’est pas toujours évident de savoir quel salaire demander. Pour le découvrir, lisez cet article.

En quoi consiste le freelance ?

Dans le freelance, l’indépendance et l’autonomie constituent la priorité. On parle alors de travailleur indépendant ou autonome. Celui-ci est une personne qui n’a ni employeur, ni employé. Cependant, il peut collaborer avec d’autres prestataires externes pour mieux accomplir certaines tâches.

A lire en complément : Les risques encourus par un travailleur isolé sur un chantier

Un travailleur autonome peut être un commerçant, un community manager, un coach ou un formateur dans un domaine bien précis. Une personne en freelance peut donc décider de créer individuellement son entreprise. Cette dernière fournit des services spécifiques à des clients ou à d’autres entreprises.

Le statut de freelance est totalement légal et reconnu par le gouvernement. Par opposition au salarié, une personne en freelance n’appartient à aucune équipe commerciale et n’est subordonnée à aucune hiérarchie.

A lire en complément : La protection du travailleur isolé : un enjeu majeur pour les entreprises

Contrairement à un employé, un freelance a la possibilité d’avoir plusieurs contrats de travail à la fois. En général, il ne s’agit pas d’un contrat exclusif. Le montant gagné mensuellement dépend de l’ampleur ou de la quantité de travail accompli.

Souvent, le contrat peut se rompre à n’importe quel moment, puisqu’il ne s’agit pas d’un employé. Mais si la collaboration est qualitative et fréquente, cela peut tendre vers une relation employeur-employé.

Quel est le salaire d’un freelance ?

salaire en freelance

Le salaire d’un freelance dépend de plusieurs éléments. Il peut varier en fonction du type de services offerts, du nombre de services ou encore du nombre d’heures mis par jour à travailler. Il ne s’agit donc pas d’un montant fixe.

Il est dur pour un freelance de déterminer d’avance son salaire, car il existe des jours sans travail. Il s’agit des week-ends, des jours de vacances ou encore de certains jours où l’état de santé n’est pas favorable pour le travail. En France, le Tarif Journalier Moyen d’un travailleur indépendant s’élève à 471 €, peu importe le secteur d’activité.

Si vous désirez avoir un bon chiffre d’affaires, vous devez savoir comment fixer le prix de chacun de vos services. Pour cela, prenez en compte le niveau de difficulté de votre travail et le temps mis à l’accomplir. Tenez compte aussi de votre expertise et des nouvelles compétences que vous développez.

Il est important que ce que vous gagnez soit à la hauteur du travail que vous faites, mais aussi que cela puisse couvrir vos besoins. Faites le bilan de vos charges fixes. Pour cela, vous devez évaluer le prix de votre loyer, de vos courses, de l’électricité et de votre ravitaillement en nourriture. Après cela, veillez à ce que votre revenu vous permette de les assumer.

Il est également important que vous puissiez déterminer la différence entre votre entreprise et les autres. Quelle est la particularité de votre travail ? Quelle est la valeur ajoutée ? Quelles sont les valeurs uniquement spécifiques à votre entreprise ? Vous devez vous poser ces questions avant de déterminer vos tarifs. Vous devez vous assurer de fixer un prix adapté à l’image de votre entreprise et récompensant l’unicité de vos services.

Si vous êtes un community manager, vous devez gagner au moins 300 € par jour. En tant que photographe, vous devez avoir au moins 400 € chaque jour. Si vous êtes un web designer, votre revenu journalier doit être compris entre 300 € et 600 €. Cela dépend entièrement de vous.

Si vous travaillez en tant qu’expert RH, visez par jour, une somme comprise entre 500 et 1000 €. Et le plus rentable de tous, le domaine de la cybersécurité vous garantit un apport journalier contenu dans l’intervalle de 600 à 1200 €.

Vous savez désormais quel salaire demander en freelance. Vous devez tenir compte de la qualité de vos services, du temps mis à les offrir, ainsi que de vos charges fixes. N’oubliez pas de facturer de façon adaptée, les spécialités qu’offre votre entreprise.

Comment déterminer le tarif horaire de ses prestations en freelance ?

En tant que freelance, il faut déterminer le tarif horaire de ses prestations. Cela permet d’avoir une idée précise du salaire que l’on peut obtenir à la fin du mois. Pour cela, plusieurs éléments doivent être pris en compte.

Tout d’abord, vous devez faire une analyse des différentes offres proposées sur le marché et avoir une connaissance exacte de vos compétences professionnelles. Vous pouvez ainsi comparer votre profil avec ceux qui exercent dans le même secteur que vous pour fixer un prix adapté.

Il ne faut pas avoir peur non plus de se renseigner auprès des clients ou encore d’autres freelances afin d’avoir leur avis sur les prix pratiqués dans ce milieu-là. Pensez aussi à consulter les sites spécialisés où sont listées les rémunérations selon les différents métiers en freelance.

Le temps mis par jour pour accomplir son travail doit déterminer son tarif horaire. Afin de travailler efficacement, il faut des technologies nécessitant souvent une formation continue pour s’adapter rapidement. Il faut tenir compte des charges fixes telles que les frais liés à la location d’un espace de travail ou encore ceux associés aux outils et équipements nécessaires pour l’exercice du métier.

Pour fixer son tarif horaire en freelance, on peut procéder selon deux méthodes. La première consiste à établir une grille tarifaire basée sur le coût journalier moyen (CJM). Pour y parvenir : divisez votre chiffre d’affaires annuel désiré par 220 jours ouvrables dans l’année (pour un temps plein), soit environ 22 jours travaillés chaque mois. Ce résultat représente donc votre objectif quotidien de revenu net.

Ajoutez ensuite vos charges fixes au montant obtenu, puis appliquez-y une marge bénéficiaire correspondant à vos compétences et expertises professionnelles ainsi qu’au niveau de concurrence sur le marché.

Pour la seconde méthode, elle consiste tout simplement à demander directement au client un prix qu’il pourrait être disposé à payer pour les services proposés. Cette dernière option présente néanmoins l’inconvénient majeur d’une possible sous-estimation ou surestimation du service offert.

Même si vous avez mis en place un certain nombre de critères pour déterminer votre tarif horaire, assurez-vous cependant qu’il reste cohérent avec le marché et n’ayez pas peur d’ajuster ce dernier. Effectivement, certains clients peuvent se montrer réticents face à des prix jugés trop élevés, alors que d’autres sont prêts à débourser des sommes plus importantes pour bénéficier d’un service de qualité.

Les facteurs à prendre en compte pour fixer un tarif juste en tant que freelance

Pour fixer un tarif juste en tant que freelance, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Tout d’abord, le niveau de compétences et d’expertise est crucial pour évaluer la valeur ajoutée du service proposé. Un travailleur indépendant qui possède des compétences pointues dans son domaine aura tendance à demander un salaire plus élevé qu’un autre ayant peu ou pas d’expérience.

Le temps de travail nécessaire pour exécuter une mission doit être pris en compte afin de déterminer le coût horaire du travail fourni. Le temps consacré aux tâches administratives telles que la gestion comptable et fiscale ne doit pas être négligé non plus car ces activités prennent aussi du temps et peuvent impacter sur la rentabilité globale.

Les frais professionnels fixes, notamment les frais liés au matériel informatique ou aux logiciels utilisés, sont aussi à considérer dans l’établissement d’un tarif horaire juste.

De même, les charges sociales et fiscales doivent faire partie intégrante de la grille tarifaire afin de couvrir intégralement tous les besoins financiers nécessaires pour assurer une stabilité économique à long terme.

Le niveau concurrentiel est aussi important : si vous êtes situé sur un marché saturé où il y a beaucoup trop d’offre par rapport à la demande, alors vous devrez peut-être réduire vos prix pour attirer des clients. À l’inverse, si vous exercez un métier rare avec très peu de concurrence, alors votre expertise sera probablement valorisée et vous pourrez ainsi demander un salaire plus élevé.

Il ne faut pas fixer des tarifs trop bas. Effectivement, cela risque de dévaloriser votre travail auprès des clients potentiels qui sont susceptibles de penser que la qualité du service proposé n’est pas satisfaisante. Il faut donc trouver le juste milieu entre un coût horaire raisonnable et une rentabilité suffisante.

Il faut tenir compte de la clientèle visée. Les entreprises auront généralement un budget plus conséquent que les particuliers pour financer leurs projets. Cela permettra ainsi au freelance d’augmenter ou de réduire ses tarifs selon le type de clientèle qu’il souhaite cibler.

Prendre en compte tous ces facteurs permettra aux freelances d’établir une grille tarifaire cohérente avec leur niveau d’expertise professionnelle tout en répondant aux besoins économiques nécessaires à l’exercice pérenne de leur activité.